mar. Août 3rd, 2021
seniors_Prisca

Rien n’est à l’épreuve du temps et surtout pas le corps. Avec l’âge, les risques de développer certaines maladies sont accrus. C’est le cas de certaines pathologies oculaires et neurologiques, mais aussi de certains cancers qui affectent la qualité de vie des aînés et peuvent leur être fatals sans un diagnostic précoce et une prise en charge rapide et adaptée.

Le cancer

Les risques de présenter un cancer s’élèvent avec l’âge. Certains organes sont d’ailleurs prédisposés à développer ce type de maladie suivant le sexe. Chez l’homme, le cancer de la prostate est récurrent, cet organe reproducteur étant voué à dégénérer. Chez la femme, le cancer du sein est très fréquent. Les seniors présentent aussi plus de risques de développer les cancers du poumon, de la peau, du côlon et/ou du rectum.

Les maladies neurodégénératives et psychiatriques

La maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson sont les principales affections neurodégénératives dont sont victimes les seniors. Elles sont dues à la mort de certains neurones qui ne sont d’ailleurs pas renouvelés. La maladie d’Alzheimer touche les aînés aux alentours de 73 ans. En plus de l’âge, il existe d’autres facteurs de risque comme l’hypertension, l’obésité et l’accident vasculaire cérébral. La maladie de Parkinson pour sa part survient vers 65 ans. Elle n’est pas fatale, mais dégrade sérieusement les conditions de vie surtout quand l’âge avance. Du fait de la rigidité des muscles, cette maladie augmente les risques de chute. À mesure que l’on vieillit, différents troubles mentaux comme la démence, les troubles de personnalités et l’anxiété aussi sont plus fréquents.

Les maladies rhumatologiques

Ces affections concernent les os et les articulations. Avec l’âge, les os se fragilisent, ce qui augmente le risque de fracture. C’est l’ostéoporose. Or, la diminution de la mobilité favorise les chutes. Pour éviter une immobilisation trop longue et en prévenir l’issue fatale, la mise en place d’une téléassistance au domicile du senior s’impose dans ce cas. Pour ce qui est des articulations, elles sont exposées à l’arthrose, qui se traduit par la dégradation du cartilage. Ce phénomène affecte la mobilité, mais engendre aussi des douleurs intenses. L’arthrose est fréquente chez les aînés de 60 ans et plus, et touche dans de nombreux cas le genou et la hanche.

Les maladies oculaires et auditives

L’âge favorise la dégénérescence oculaire comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA. C’est l’affection oculaire la plus répandue chez les plus de 50 ans. Elle se traduit par une perte de la vision centrale due à la destruction des nerfs rétiniens. Très fréquente à partir de 65 ans, la cataracte provoque une opacification du cristallin, ce qui peut conduire à la cécité. La presbytie est une autre maladie qui touche le cristallin. Dû à une hypertension intraoculaire, le glaucome peut survenir dès 40 ans. C’est l’une des principales maladies oculaires conduisant à une perte totale de la vue. Les acouphènes et la presbyacousie — qui est une diminution progressive de l’audition — sont très fréquents chez les seniors. La plupart de ces troubles oculaires et auditifs sont silencieux. Il convient donc de procéder à des contrôles réguliers pour bénéficier d’un traitement adéquat afin de minimiser les risques de cécité ou de surdité totale.

 

 

 

 

Lisez ça pour d’autres conseils.

By Damien