mar. Août 3rd, 2021
bienfait méditation

Les cerveaux aiment l’adrénaline. Pour certains, cela signifie essayer le parachutisme et le roller derby. Pour d’autres, cela signifie rechercher le stress et le drame, qui sont encore plus durs pour le corps. La méditation peut contrer ces stress ; voici comment la pratiquer correctement.

Méditer pour gérer le stress

Il s’agit de la méditation. La plupart des personnes atteintes d’un trouble du déficit de l’attention (TDAH ou ADD) que nous rencontrons semblent être allergiques à ce mot. Nous l’étions aussi, jusqu’à ce que nous nous calmions, à l’aide de médicaments et d’autres techniques d’autogestion de la santé. Si vous avez passé votre vie avec un flipper dans le cerveau, il est difficile de vous imaginer assis paisiblement dans la position du lotus.

Le grand secret, que personne ne semble dévoiler aux personnes atteintes de TDAH, est que vous n’avez pas besoin de vous asseoir dans la position du lotus… vous n’avez même pas besoin de vous asseoir pour méditer ou (Dieu merci !) d’arrêter de bouger. Vous n’avez pas besoin d’un mantra, d’un gourou ou de notes de votre trek en Inde pour faire la méditation correctement.

Il est facile d’apprendre à méditer efficacement, car il est impossible d’échouer à la méditation. Il est étonnant de constater combien de nos clients nous ont dit avoir essayé la méditation et l’avoir trouvée frustrante. Ces clients pensaient que s’il y avait beaucoup d’activité dans leur cerveau, ils ne le faisaient pas correctement. En fait, tout le monde a beaucoup de choses qui se passent dans son cerveau la plupart du temps. Les bouddhistes appellent cela le “bavardage des singes”.

Nous pensons que la méditation est essentielle pour les personnes atteintes de TDAH. En compensant le TDAH, nous prenons certaines habitudes qui nous desservent à long terme. L’une des pires est l’habitude de courir à l’adrénaline. C’est ainsi que cela commence : Très tôt, nous découvrons que l’excitation réveille nos cerveaux endormis. Ensuite, sans réflexion ni choix conscient, nous organisons notre vie de manière à ce qu’une crise survienne régulièrement. Nous nous faisons peur (en attendant la dernière minute pour faire quelque chose), nous créons de l’excitation. Nous sommes accros au drame et à l’abondance de choses à faire – et nous nous en voulons pour un rien. Pourquoi ? Parce que c’est stimulant.

Pourquoi nous devons ralentir

Les personnes atteintes du TDAH peuvent devenir accros à l’adrénaline. Mais réveiller nos lobes frontaux paresseux avec une injection de stress a des conséquences pour le corps. Lorsque nous sommes stressés, les hormones surrénales augmentent notre rythme cardiaque, notre pression sanguine et notre taux de sucre dans le sang. Elles affaiblissent également le système immunitaire. Le drogué à l’adrénaline paie en fait la concentration à des taux d’intérêt élevés. Oui, vous obtenez quelques heures de meilleures performances, mais vous payez ces heures en stress pour votre cerveau et votre corps.

Il est possible pour les enfants et les adultes atteints de TDAH d’avoir un esprit paisible et calme. Nous avons été dans cet endroit agréable appelé paisible, et nous aimons y passer autant de temps que possible. Nous vous promettons que vous pouvez y aller aussi. Voici votre feuille de route et vos outils pour le voyage. Entourez vous d’ondes positives, apportez du calme et de la sérénité autour de vous et laissez vous guider

position de méditation

 

Comment la méditation peut-elle aider le TDAH ?

Pour méditer efficacement avec un cerveau qui s’emballe, suivez les étapes suivantes :

1) Répétez-vous mille fois (ou aussi souvent que nécessaire) : “La méditation est une pratique. J’ai l’intention d’en profiter et d’apprendre de cette expérience. Il n’y a pas de mauvaises façons de le faire, et je vais éviter de me noter.”

2) Mettez-vous à l’aise. De nombreux livres et professeurs de méditation vous avertissent de ne pas vous mettre trop à l’aise, car vous pourriez vous endormir. Nous pensons que si vous vous endormez, vous avez probablement besoin de dormir. Si vous êtes suffisamment détendu pour vous endormir… formidable ! Si vous craignez de dormir toute la journée et de manquer le travail, mettez une alarme.

3) Trouvez votre propre zone de confort. Être à l’aise pour vous peut impliquer de vous tenir debout sur la tête ou de vous allonger dans votre lit – vous êtes le meilleur juge de ce qui fonctionne pour vous. Aucun méditant n’a besoin de la distraction supplémentaire que constitue l’inconfort physique.

4) Prenez des respirations lentes et régulières. Ne vous inquiétez pas si vous commencez en mode ” essoufflé “. Au fur et à mesure que vous vous détendez, votre respiration se ralentit naturellement. Même si la méditation n’est pas un sport (voir les articles sur le sport sur ce site), elle nécessite tout de mémé une bonne respiration.

5) Si vous êtes en mode adrénaline à haute vitesse, vous ne pourrez pas vous arrêter sur un dixième de seconde, changer de vitesse et vous mettre en mode méditation. Lorsque vous aurez calmé votre système grâce à la méditation et à une approche méditative de la vie, passer à un état de relaxation profonde ne sera pas une transition aussi importante. En attendant, prenez le temps de vous calmer avant de méditer. Un bain chaud peut faire l’affaire, ou l’écoute d’une musique apaisante. Réglez un minuteur pour un rituel de retour au calme. Rangez votre agenda et votre liste de choses à faire et mettez des vêtements confortables.

6) Utilisez des repères sensoriels pour passer d’un état mental à un autre. Vous pouvez porter un chapeau spécial, vous asseoir sur une chaise spéciale ou écouter certains types de musique pour faciliter votre transition vers la méditation.

 

Cliquez ici pour en découvrir d’avantage sur le bien être de manière générale

By Damien